top of page

biographie

Née à Biarritz en 1981, je voyage toute mon enfance avec mes parents en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique du Nord. Dans ce cadre familial isolé les loisirs créatifs sont valorisés et le dessin occupe mon temps libre. De retour en France en 1992, j'intègre l'atelier d'enfants de l'école d'art des Capucins à Bayonne. Mon intérêt pour le réalisme et les natures mortes m'oriente rapidement dans l'atelier d'adulte où j'évolue de 11 à 15 ans, au côté des élèves des beaux arts. Ma production y sera hétérogène et décousue, influencée par les courants étudiés et les travaux des autres élèves.

À 18 ans, je reçois mon Canon AE1, il sera mon compagnon de chaque minute pendant 4 années. J'abandonne mes études et invente ma photographie. Tant par souhait d'indépendance que par esprit de rébellion, je refuse toute influence et travaille à tâtons, sans intérêt pour l'histoire de la photographie ou le travail de ses prédécesseurs. En parallèle je découvre de la même façon le stylisme et produis quelques installations, des luminaires.

En 2003 je débute une formation d'infirmière à Bordeaux. 2 ans plus tard, ma toute première exposition est à l'image de mon travail : polymorphe, anarchique, foisonnante, chargée de répétitions. La deuxième est plus aboutie avec un thème central questionnant la temporalité, un travail de scénographie et le choix d'un lieu faisant écho à sa démarche.

Diplômée, je quitte la Métropole pour partir à la découverte de l'Océan Indien. Réunion, Australie, Asie... toujours armée de mes appareils je travaille mon regard sur le monde que je découvre. Je photographie les peintures craquelées des vielles maisons ou des barques de pêcheurs. Je m’interroge sur l’histoire de ces strates de peintures. Les unes par dessus les autres, recouvrant chacune la mémoire de la précédente, la retirant du visible pour mieux lui faire traverser le temps.

En 2011, de retour à La Réunion, je regarde l'eau couler depuis les crêtes du cirque de Salazie. Je m’interroge sur l’universalité de l’écoulement, invincible, inexorable et fatal. L'érosion et les coulées de laves qui sculptent cette île m’apparaissent comme la matérialisation du paradoxe de l'éternité et de l'instant.

 

La même année l'envie de réaliser une troisième exposition photographique émerge. Pour cette exposition, j'imagine de très grands tirages et butte devant cette limite technique.

L’idée de peindre ces images en grand format émerge un matin. Je reproduis en deux jours mon premier portait. L'expérience de la fluidité du médium et le résultat me percutent. S'ensuit la production en quelques semaine une série de tableaux à l'acrylique sur toile qui feront l'objet de ma première exposition "Leaking Trip". J'emmène cette exposition à Mayotte où je réside les années suivantes.

C'est de nouveau à la Réunion, en 2017 que je reprends les pinceaux. Comme si la pulsion venait de l'Ile même, je trouve mon inspiration dans ce qui m'entoure. Portraits, végétaux, scènes du quotidien. L’écoulement, la superposition et la question du temps deviennent centraux, ma recherche se précise. Je participe ainsi à l'exposition "L'origine du monde" de Lydie Arrickx à la Villa de Région de Saint-Denis, en 2018. Je me professionnalise l'année suivante.

En Juillet 2023, je suspends ma carrière d'infirmière urgentiste pour me consacrer entièrement à ma profession d'artiste.

DelphineSimonet_bio_edited.jpg
bottom of page